Djurdjevic Florean Architekten
E01 Atlas of Overexploited Territories

Type de travail: Enoncé théorique de master
Contexte: Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne
Période de l’étude: 2015

Auteurs: Muriz Djurdjevic, Thomas Paturet
Groupe de suivi: Prof. Harry Gugger, Barbara Costa,
Prof. Luca Pattaroni, François Charbonnet
Photographies: Douglas Mandry
Récompenses: Prix des 3 meilleurs énoncés théoriques
Expositions: La Biennale di Venezia 2016


Ressources maritimes partagées

La mer Baltique est un environnement en mutation rapide qui peut être perçu comme un paysage manufacturé. Les mers européennes en général ont subi et été témoins des effets d'intenses activités humaines tout au long de leur existence, affectant souvent leur fragile système écologique de manière irréversible. La mer Baltique rassemble de multiples couches d'échanges, qu'il s'agisse du trafic maritime, de gazoducs ou de câbles sous-marins et de routes de navigation denses. Ce processus d'intensification se traduit par une surexploitation des ressources et des revendications extraterritoriales croissantes. Il fait écho au jeu d'accaparement des terres sans précédent en action dans la région arctique, où les nations se disputent aujourd'hui des revendications de souveraineté et où les subtilités de la microbiologie et de la géologie des profondeurs résonnent à l'échelle géopolitique.

Un territoire sous haute-tension

"La péninsule européenne est une vaste étendue de terre façonnée par deux systèmes de mers parallèles : au nord, une exploitation croissante des ressources minérales et naturelles met à mal les liens entre la souveraineté et les espaces d'un nombre croissant d'acteurs non étatiques. Les changements intervenus dans l'Atlantique Nord, la mer du Nord, la mer de Barents, la mer Blanche et la mer Baltique réalignent les formes territoriales des latitudes supérieures, en s'orientant vers de nouvelles interconnexions et de nouvelles connaissances spécialisées. Ces processus d'escalade ne façonnent pas seulement les espaces habités et les infrastructures, mais ont également un impact sur un vaste espace géopolitique. Le changement dans cette partie de l'Europe est exploré comme un ensemble d'interactions complexes entre de multiples acteurs, processus et pratiques." Ces revendications territoriales sont directement observables à travers l'activité militaire croissante dans la région, en plus de la densité de navigation saturée par les al- prêts. Les conflits s'inscrivent non seulement autour des ressources naturelles mais aussi sur l'approche adoptée par les différents pays pour gérer la question de la préservation. Les intérêts nationaux et la situation économique sont apparemment différents et les tensions sont palpables sur ces thèmes. Deux cadres ou catégories principales s'opposent : d'une part le conflit entre la préservation esthétique du paysage sublime et pittoresque et d'autre part la recherche d'une efficacité techno-infrastructurale. Ces approches matérialisent la confrontation de deux cultures ou idéaux de société : elle marque la limite entre l'Orient et l'Occident.

La cartographie comme méthode

La cartographie sera utilisée tout au long de cette recherche comme un moyen de représenter des formes géographiques spécifiques, des informations et des données complexes et de fournir une lecture d'une réalité en constante évolution. Dans ce contexte, une analyse du paysage transfrontalier est nécessaire pour évaluer la surexploitation actuelle de la mer Baltique et pour étudier la relation complexe et changeante entre le remodelage de l'influence internationale ou supranationale sur la région et les formes des territoires habités. En tant que ressource, le territoire offre la possibilité d'être exploité. De manière globale avec les mines et les champs, mais aussi de manière indirecte avec les personnes et leurs compétences. A l'instar de la nature, l'espace perd progressivement une partie de son ancienne dimension vitale, pour devenir pleinement mesurable, quantifiable et exploitable.

Territoire et représentation

"Le territoire est, dès l'origine, indissociable de pratiques telles que l'arpentage et la cartographie, censées fournir une vue d'ensemble de ce qui est disponible, en quelle quantité et à quel endroit. Nous entendons questionner la représentation et le rôle que peut jouer la cartographie comme moyen d'expression d'une réalité. Dans cette recherche, les cartes décriront les changements auxquels la mer Baltique a été confrontée dans l'ère post-socialiste en termes d'économie, de développement des infrastructures et d'influence géopolitique. Par conséquent, du point de vue de l'urbanisme paysager, le projet propose des lignes directrices possibles qui, de l'échelle de la Baltique à celle de l'Europe, engagent l'aménagement ordinaire afin de faire face aux défis constants que les territoires maritimes subissent passivement. L'objectif est de présenter une vision globale de la problématique de la mer Baltique, afin de proposer une base pour le développement d'un projet dans la région.